Jeudi 31 juillet 2014




















 
     
     
 

Devenir ambulancier

 
     
 
Sommaire

Conditions requises

POUR EXERCER L'EMPLOI D'AUXILIAIRE AMBULANCIER

  • fournir l'attestation d'auxiliaire ambulancier ( 70 h)
  • disposer d’un permis de conduire conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité de plus de 3 ans
  • fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l’article R. 221-10 du code de la route délivrée par un médecin agréé
  • fournir un certificat médical de non-contre-indications à la profession d’ambulancier délivré par un médecin agréé (absence de problèmes locomoteurs, psychiques, d’un handicap incompatible avec la profession : handicap visuel, auditif, amputation d’un membre...) ;
  • fournir un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France
pour les emplois de moins de trois mois jusqu'au 31 décembre 2009
fournir l’attestation, en cours de validité, de formation aux gestes et soins d’urgence de niveau 1 ou d’un certificat équivalent reconnu par le ministère chargé de la santé
(AFPS+3h NRBC , PSE 1 ou 2 + 3h NRBC).

POUR EXERCER L'EMPLOI D' AMBULANCIER D.E.A. (CCA)
  • fournir le diplôme d' ambulancier (DEA ou CCA)
  • disposer d’un permis de conduire conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité
  • fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l’article R. 221-10 du code de la route délivrée par un médecin agréé
  • fournir un certificat médical de non-contre-indications à la profession d’ambulancier délivré par un médecin agréé (absence de problèmes locomoteurs, psychiques, d’un handicap incompatible avec la profession : handicap visuel, auditif, amputation d’un membre...) ;
  • fournir un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France
pour votre information : liste des médecins agréés
NOM TEL COMMUNE      
 
ANSART 06.10.48.08.45 HAULCHIN
BARBIEUX 03.27.33.45.33 VALENCIENNES
CLAISSE 03.27.41.21.69 VALENCIENNES
DEHAUT 03.27.21.82.82 VIEUX CONDE
DELGRANGE 03.27. 36.40.81 SAULTAIN
DEVRIES 06.03.21.49.30 HAULCHIN
DHERBECOURT 03.27.21.67.67 ST AMAND
LEGRAND 03.27.29.79.27 VALENCIENNES
LEJAY 03.27.40.47.15 VIEUX CONDE
LENFANT 03.27.21.67.67 ST AMAND
MERCIER 03.27.25.90.89 FRESNES/ESCAUT
ROBILLARD 03.27.45.25.38 BRUAY/ESCAUT

   



Le metier d'ambulancier


Rôle et missions de l’ambulancier

L'ambulancier est chargé d'assurer, sur prescription médicale, le transport des malades, des blessés et des parturientes auprès des établissements de soins, de cure et de réadaptation, ou de raccompagner les bénéficiaires de soins à leur domicile, au moyen de véhicules spécialement adaptés. Il est à la fois un conducteur expérimenté et un auxiliaire médical capable de dispenser des soins d’urgence. Les ambulanciers font partie intégrante de la chaîne des soins.

Au moment de la prise en charge, il aide le malade à s’installer dans l’ambulance et surveille son état durant le trajet. Il assure l’entretien courant du véhicule et du matériel qui lui est confié. Il doit également remplir et tenir à jour les documents administratifs et le dossier de transport.
La profession d’ambulancier est donc un métier où le contact avec le malade et la passion de la conduite sont indissociables.


MISSION :
Il assure la conduite des véhicules affectés à l'usage des transports de malades , blessés vers un centre médical adapté à la situation
Il assure l'accompagnement et la surveillance des malades pendant le transport

 
Il réalise des gestes élémentaires de secours et d'assistances en cas de détresse de la personne transportée.
Il assure la propreté, la désinfection et l'entretien du véhicule
RESPONSABILITES:
Il respecte le code de la route et le règlement intérieur
Il est responsable de la personne en cours de transports (Prise en charge, accompagnement, installation, transport, respect des consignes particulières)
Il est responsable de la propreté et de la surveillance mécanique de son véhicule
Il est responsable de sa tenue professionnelle et du respect des dispositions d'hygiène le concernant
PRINCIPALES ACTIVITES :
Prestation de transports
Organise et planifie son transport en liaison avec la régulation
Prend en charge le malade ou blessé et gère les situations d'urgence
Réalise le transport et les opération de fin de transport (documents)
Etat du véhicule ,tenue et règles d'hygiene
Réalisation des contrôles et nettoyage du véhicule
Port d'une tenue professionnelle adaptée à l'activité
Respecte les règles d 'hygiène et applique les protocoles en vigueur

 Historique

Le métier d’ambulancier est très ancien car dès l’antiquité, au VIème siècle un corps de cavaliers romains était chargé d'évacuer les blessés lors des combats.

Au XVIème siècle, lors des guerres de religion, pendant le règne d’Henry IV, l’armée inventa les premières ambulances : les caisses d’artillerie, tirées par des chevaux et qui amenaient les munitions, servaient ensuite au transport des blessés quand elles étaient vides. Des soldats étaient donc affectés au relevage et au transport des blessés.

Deux siècles plus tard, en 1794, le chirurgien militaire Dominique Larrey crée les premières « ambulances volantes » qui accompagnaient les soldats jusque sur le champ de bataille et prenaient immédiatement en charge les blessés. Il s’agissait de voitures à chevaux transportant deux à quatre blessés et permettant leur évacuation vers l'arrière pour y être soignés.

Quelques années après, un autre chirurgien militaire, Pierre-François Percy fut à l’origine du concept d’ambulance médicalisée : il créa un corps de
 « chirurgie mobile ».

Les caissons d’artillerie de type « wurst » furent transformer en ambulance tout en transportant rapidement jusqu’aux soldats blessés un chirurgien, des infirmiers et du matériel de secours. Larrey et Percy sont à l’origine de la création des brancardiers militaires, en 1813. Ils se servaient d’un brancard démontable dont chaque hampe était constituée par la lance d’un brancardier-soldat dont le shako (couvre-chef militaire) contenait du matériel de premier secours.

Dés 1830, le docteur Hyppolite Larrey mit en œuvre le concept de son père pour les civils blessés sur la voie publique.
Paris se dota en 1881, à l’initiative du Dr Henri Nachtel et de Victor Hugo (conseillers municipaux), d’un service d’ambulances hippomobiles médicalisées par des internes de l’Hôtel Dieu pour le transport des blessés sur la voie publique et des malades contaminés par la variole, ancêtres des SMUR d’aujourd’hui. Ce sera le service des Ambulances Municipales.

En 1941, l’Assistance Publique met en œuvre le service des Ambulances des Hôpitaux de Paris. C’est également à cette époque que se créent les premières sociétés privées de transport de malades. Le métier d’ambulancier privé est né.

La loi du 10 juillet 1970 précisera les premières règles organisant cette profession.

Le 26 mars 1973, est créé le Certificat de Capacité d'Ambulancier (CCA)
et le 27 mars l'Agrément des Entreprises de Transports Sanitaires.
C'est cette même année que la Croix Bleue à six branches appelée « Croix de Vie » devient le signe distinctif des entreprises d'ambulances agréées.

La loi de janvier 1986 sur l’aide médicale urgente et les transports sanitaires, modifiée pour la dernière fois en 2004, ainsi que le décret de novembre 1987 sur l’agrément des transports sanitaires terrestres modifient les dispositions contenues dans la loi de 1970.






Diplôme d'Ambulancier (DEA)

 Le diplôme d’ambulancier (DEA)

Le premier programme des études conduisant au CCA est seulement publié le 21 mars 1989 (soit 16 ans après la création du CCA) et sera revu en mai 2001.

L’arrêté du 26 janvier 2006, modifié le 18 avril 2007, remaniera en profondeur le programme de formation des études et créera le diplôme d’ambulancier. Ce diplôme deviendra un diplôme d’état par le décret du 30 août 2007   D.E.A. 
Il est délivré par la DRASS à l’issue de la formation et de la réussite à l’ensemble des épreuves de validation.

Actuellement, pour accéder à la formation, le futur professionnel doit passer des épreuves de sélection dans un institut de formation d’ambulancier
Pour pouvoir se présenter à ces épreuves, la personne doit :

  • s’être préinscrit dans la formation ;
  • disposer d’un permis de conduire conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité ;
  • fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l’article R. 221-10 du code de la route ;
  • fournir un certificat médical de non-contre-indications à la profession d’ambulancier délivré par un médecin agréé (absence de problèmes locomoteurs, psychiques, d’un handicap incompatible avec la profession : handicap visuel, auditif, amputation d’un membre...) ;
  • fournir un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France ;
  • fournir l’attestation, en cours de validité, de formation aux gestes et soins d’urgence de niveau 1 ou d’un certificat équivalent reconnu par le ministère chargé de la santé (AFPS, AFPSAM, CFAPSE, PSC1, PSE 1 ou 2).
  • Aucun diplôme n’est exigé pour se présenter aux épreuves de sélection.

Les épreuves de sélection comprennent une épreuve d’admissibilité (comportant un stage de découverte de la profession de 140 heures et une épreuve écrite) 
.Pour se présenter à l’épreuve orale d’admission, les candidats doivent réaliser un stage d’orientation professionnelle dans une entreprise de transport sanitaire habilitée par le DRASS, pendant une durée de 140 heures. Ce stage peut être réalisé en continu ou en discontinu et au maximum sur deux sites différents.
L’attestation de suivi de stage est remise aux examinateurs lors de l’épreuve orale.
L’épreuve écrite, notée sur 20, comporte un sujet de français et un sujet d’arithmétique :
a) Le sujet de français du niveau du brevet des collèges doit permettre au candidat à partir d’un texte de culture générale d’une page maximum portant sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social, de dégager les idées principales du texte et de commenter les aspects essentiels du sujet traité sur la base de deux questions maximum.
Cette partie est notée sur 10 points et a pour objet d’évaluer les capacités de compréhension et d’expression écrite du candidat. Une note égale ou inférieure à 2,5 est éliminatoire.
b) Le sujet d’arithmétique porte sur les quatre opérations numériques de base et sur les conversions mathématiques. Il ne peut être fait appel pour cette épreuve à des moyens électroniques de calcul.
Cette partie a pour objet de tester les connaissances et les aptitudes numériques du candidat. Elle est notée sur 10 points. Une note égale ou inférieure à 2,5 est éliminatoire.

Sont déclarés admissibles, les candidats qui remplissent les conditions suivantes :
  • avoir validé le stage de découverte (ou en être dispensé réglementairement);
  • avoir obtenu une note égale ou supérieure à 10 sur 20 points à l’épreuve écrite, sans note éliminatoire à l’une des deux épreuves (ou en être dispensé réglementairement).
  • L’épreuve orale d’admission (sauf dispense réglementaire), notée sur 20 points, d’une durée de 20 minutes maximum est évaluée par un jury, elle est notée sur 20.Elle a pour objet :
    à partir d’un texte de culture générale du domaine sanitaire ou social d’évaluer la capacité du candidat à comprendre des consignes, à ordonner ses idées pour argumenter de façon cohérente et à s’exprimer (noté sur 12) ;
    et d’évaluer lors de l’entretien avec le jury, la motivation du candidat, son projet professionnel ainsi que ses capacités à suivre la formation (noté sur 8).

    Une note inférieure à 8 sur 20 à cette épreuve est éliminatoire.

    L’admission en formation est subordonnée à la réussite des épreuves  de sélection

Contenu de la formation et organisation des épreuves de certification
Nombre d’heures : 630 H (18 semaines)
Nombre heures théorie : 455 H (13 semaines)
Nombre heures stage : 175 H (5 semaines)
Nombre de stages : 4 encadrés par un tuteur formé (1 semaine court ou moyen séjour, 1 semaine services d’urgence, 1 semaine SAMU ou SMUR, 2 semaines entreprise)
Terrains de stage : secteur sanitaire, établissements de santé, entreprises de transport sanitaire
Nombre de modules : 8

Nature des modules
MODULES                  THEORIE                                    STAGE            EVALUATION     
 Gestes d'urgences  3 semaines -  105 heures  2 semaines  epreuve pratique
 Etat clinique d'un patient  2 semaines -  70  heures  1 semaine  épreuve pratique
 Hygiène et prévention  1 semaine - 35 heures  0  épreuve pratique+épreuve écrite
 Ergonomie  2 semaines - 70 heures  1 semaine  épreuve pratique
 Relation et communication  2 semaines - 70 heures  0  épreuve orale
 Sécurité du transport sanitaires  1 semaine - 35 heures  1 semaine  évaluation au cours du stage
 Transmissions des informations  1 semaine - 35 heures  0  épreuve orale
 Régles et valeurs professionnelles  1 semaine - 35 heures  0  épreuve écrite+ épreuve orale
 TOTAL  13 SEMAINES - 455 HEURES  5 SEMAINES  























   L’évaluation des compétences acquises par les élèves est effectuée tout au long de leur formation.Tout congé de maladie ou congé pour enfant malade doit être justifié par un certificat médical. Pour la durée totale de la formation, une franchise maximale de deux jours ouvrés peut être accordée aux élèves, pendant laquelle ils sont dispensés des cours, des travaux dirigés, des travaux de groupe, des séances d’apprentissages pratiques et gestuels et des stages. Ils devront toutefois présenter les épreuves de validation des modules de formation.
Au delà de 2 jours d’absence, les stages non effectués doivent faire l’objet d’un rattrapage.
Cette disposition s’applique à l’ensemble des élèves, quelles que soient les modalités de suivi de la formation.
 
Les modalités d’organisation des épreuves de certification sont validées par le conseil technique, présidé par le DDASS.

Composition du conseil technique : 1 représentant de l’organisme gestionnaire, un enseignant permanent, élu pour 3 ans, un chef d’entreprise désigné pour 3 ans par le DDASS, un médecin de SAMU ou de service d’urgence, conseiller scientifique de l’institut de formation.
Le jury du diplôme d’ambulancier est présidé par la DRASS.

Les stages cliniques et en entreprises s’effectuent dans des secteurs d’activités hospitaliers ou extrahospitaliers, au sein de structures bénéficiant d’un encadrement par un professionnel médical, paramédical ou un travailleur social.

Cet encadrement est assuré par du personnel diplômé, qui prépare progressivement l’élève à l’exercice de sa fonction.

Chaque stage fait l’objet d’un projet de tutorat établi entre l’équipe pédagogique de l’école et le responsable de l’encadrement de l’élève dans la structure d’accueil.
--------------------------------------------------------------------------------
ÉCOLES AGRÉÉES DANS LA RÉGION NORD PAS DE CALAIS

Centre d’enseignement de soins d’urgence
Institut de Formation des Ambulanciers
cesu 59
5, Avenue Oscar Lambret
59037 LILLE CEDEX
Tél. secrétariat : 03.20.44.55.23
Fax 03.20.44.63.58
e.mail  :cesu@chru-lille.fr

Ecole Supérieure des Métiers
7, rue Eiffel
BP 563
62008 ARRAS CEDEX
Tél.: 03.21.21.42.32
Fax: 03.21.31.30.90
E-mail: c.velleyen@cma-arras.fr
Pour votre information :
  •  Attestation R 221-10     voir  article du code la route :    CLIQUEZ ICI    
  •   Certificat médicale de non contre-indication  voir modele :CLIQUEZ ICI 
  •  vaccination à jour     :  article du code de le santé public pour les vacinations obligatoire   CLIQUEZ ICI  

 
pour tout  autres renseignements laissez nous un méssage  
contact



Attestation Auxiliaire Ambulancier

Attestation 70 h d'auxilliaire ambulancier
Le professionnel titulaire du poste d'auxiliaire ambulancier assure la conduite du véhicule sanitaire léger ou est l'équipier de l'ambulancier, dans l'ambulance.
L'auxiliaire ambulancier doit disposer :
- d'une attestation, en cours de validité, de formation aux gestes et soins d'urgence de niveau 1 (AFGSU1)ou d'une formation équivalente reconnue par le ministère chargé de la santé ;
- d'un permis de conduire conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité ;
- de l'attestation préfectorale d'aptitude à la conduite d'ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l'article R. 221-10 du code de la route ;
- d'un certificat médical de non-contre-indications à la profession d'ambulancier délivré par un médecin agréé (absence de problèmes locomoteurs, psychiques, d'un handicap incompatible avec la profession : handicap visuel, auditif, amputation d'un membre...) ;
- d'un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d'immunisation des professionnels de santé en France,

et entre le 1er janvier 2008 et le 1er janvier 2010, pour les auxiliaires ambulanciers en premier emploi dans cette fonction ou les professionnels qui exercent cette fonction pendant une période cumulée supérieure à trois mois :
 
 - Attestation de formation de 70 heures avec évaluation des compétences acquises pour l’auxiliaire ambulancier.

Cette formation porte sur l’hygiène, la déontologie, les gestes de manutention, les règles du transport sanitaire et sur les gestes d’urgence en vue de l’obtention de l’attestation aux gestes et soins d’urgence de niveau 2 ou d’une formation équivalente reconnue par le ministère chargé de la santé. Cette formation est délivrée par les instituts de formation autorisés pour la formation au diplôme d’ambulancier.
Cette formation permet d’obtenir une « attestation d’auxiliaire ambulancier », après contrôle des connaissances. 
CONTENU DE LA FORMATION
• Hygiène
• Déontologie
• Gestes de manutention
• Règles de transport sanitaire
• Gestes d’urgence
En fin de formation, évaluation des connaissances acquises.
DUREE DU STAGE
Enseignement théorique et pratique : 70 heures soit 2 semaines.
CONDITIONS D’INSCRIPTION
- Etre titulaire d’un permis de conduire B conforme à la règlementation en vigueur et en état de validité
- Fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical R221.10
- Fournir certificat médical de non contre indications à la profession d’ambulanciers délivré par un médecin agréé de la DDASS
- Fournir un certificat médical de vaccinations
- Fournir une photocopie de l’Attestation de Formation aux Gestes et Soins d’Urgence (AFGSU) de niveau 1 ou justifier d’un titre de secourisme de moins de 2 ans complété d’une formation aux risques collectifs (NRBC) de 3 heures.

 
- au delà du 1er janvier 2010, cette attestation de formation devra être fournie par tous les personnels, titulaires ou remplaçants, prétendant à des fonctions d’auxiliaire ambulancier, à l’exception de ceux ayant déjà assuré de telles fonctions avant cette date.
 ÉCOLES AGRÉÉES DANS LA RÉGION NORD PAS DE CALAIS

Centre d’enseignement de soins d’urgence
Institut de Formation des Ambulanciers
cesu 59
5, Avenue Oscar Lambret
59037 LILLE CEDEX
Tél. secrétariat : 03.20.44.55.23
Fax 03.20.44.63.58
e.mail :cesu@chru-lille.fr

Ecole Supérieure des Métiers
7, rue Eiffel
BP 563
62008 ARRAS CEDEX
Tél.: 03.21.21.42.32
Fax: 03.21.31.30.90
E-mail: c.velleyen@cma-arras.fr
 

 AFGSU niveau 1 + niveau 2        voir decret   CLIQUEZ ICI   
 
Pour tout  autres renseignements laissez nous un méssage 
contact

 

 
Ambulances BAVAY DOUALLE
133, rue Jean Jaures - 59264 ONNAING   - 
 
Tél. 03 27 28 44 44 - Courriel : bavaydoualle@wanadoo.fr 
Agence Barakacom © 2008 Plan du site Mentions légales